• Pesticides, on en parle... timidement !

    La télévision publique se préoccupe enfin des dangers des pesticides : cancers, maladies dégénératives, troubles de la fécondité et de la reproduction etc…

    Hier soir, un sujet là-dessus au JT de 20h de la 2.

     

    Il s'agissait d'appeler l'attention sur les multiples risques des pesticides pour la santé...des agriculteurs.

    Bien, car ces faits étaient niés par les médias (et bien d'autres de ceux qui nous gouvernent) il y a peu de temps encore !

    PAE en a l'expérience pour participer à des instances officielles dans le département !

     

    Mais c'est encore très insuffisant

    Rien n'a été dit dans ce sujet sur les risques pour les consommateurs d'eau, de fruits, de légumes, de céréales et leurs dérivés, ni sur ceux que subissent les citoyens en respirant les effluves des pesticides épandus parfois encore par avion, alors que la profession agricole s' était engagée à supprimer ce procédé lors du Grenelle de l'environnement !.

    On nous a bien montré un céréalier superbement harnaché pour se protéger lui-même des vapeurs nocives qu'il allait épandre joyeusement...mais sans évoquer le moins du monde ses voisins qui allaient en subir passivement et inconsciemment la pollution !

     

    Et le seul expert à qui la 2 a donné la parole fut, je vous le donne en mille, évidemment un représentant de l'UIPP (c'est à dire de l'industrie chimique fabriquant les pesticides), sans permettre un avis contradictoire d'un scientifique indépendant et/ou d'un représentant associatif comme France Nature Environnement ou le MDRGF.

    Messieurs de la Presse, il est temps de donner une information complète et objective aux citoyens !

    Jean Paul Picard.

     

     

    Pourtant les pesticides font partie des facteurs de risque des cancers de l'enfant !

    --> Source INSERM : http://www.u754.idf.inserm.fr/page.asp?page=1732

    --> Ou  voir rapport final du Haut Conseil de la Santé Publique sur « Évaluation du plan cancer » - Janvier 2009

    Concernant les cancers chez l’enfant, il y est notamment mentionné :

    Six projets de recherche pilotés par l’unité INSERM U754 sont actuellement en cours concernant les facteurs de risque de cancer chez l’enfant, dont le projet Geocap.

    Dans les pays occidentaux, un enfant sur 500 environ est atteint d'un cancer avant l'âge de 15 ans. Les quatre localisations les plus fréquentes sont les leucémies (environ 450 cas par an), les tumeurs cérébrales (environ 200 cas par an), les lymphomes (environ 180 cas par an) et les neuroblastomes (environ 120 cas par an).

    Chacun de ces diagnostics est hétérogène, et si plusieurs cancers peuvent partager le même facteur de risque, il est probable qu'il existe une grande hétérogénéité étiologique au sein de ces tumeurs. En dehors de très rares facteurs génétiques prédisposants, des expositions aux radiations ionisantes à forte dose et des chimiothérapies, pratiquement aucun facteur de risque n'a été établi.

    Parmi les facteurs de risque candidats, les expositions professionnelles des parents ont fait l'objet de nombreuses études. Les solvants organiques et les pesticides sont les facteurs le plus fréquemment mis en cause, en particulier dans les tumeurs cérébrales et les hémopathies malignes. Les facteurs infectieux sont l'une des pistes les plus sérieuses, notamment pour les hémopathies malignes qui sont dues, dans de nombreuses espèces animales, à des virus du groupe herpès ou à des rétrovirus.

    Des données épidémiologiques commencent à soutenir l'hypothèse infectieuse chez l'homme. L'augmentation du niveau d'hygiène, par le retard à la maturation du système immunitaire qu'elle pourrait induire, est également mise en cause dans les leucémies de l'enfant. Les données disponibles ne permettent pas d'éliminer un rôle des consommations de tabac et d'alcool de la mère pendant la grossesse ou de son alimentation. Les observations rapportées sur les caractéristiques périnatales, les antécédents de malformations ou les infections sont encore disparates.

     

     

     

     

    « Agrément de Perche Avenir EnvironnementSoirée festive de PAE samedi 3 octobre »

  • Commentaires

    1
    MarieJo Flahault
    Lundi 31 Décembre 2012 à 16:30
    Mais là encore, si on ne cherche pas, on ne trouvera pas.

    Dans le projet Geocap « Environnement et cancers de l'enfant - Utilisation de données géographiques à petite échelle » les pesticides ne sont pas pris en compte…

    L'objectif de ce projet est d'étudier de façon systématique le rôle dans les cancers de l'enfant de plusieurs expositions environnementales estimées par géocodage. Le projet porte notamment sur le trafic routier, les lignes à haute tension, les stations-service, et les sites industriels classés Seveso. L'étude porte sur les adresses au diagnostic de tous les cas enregistrés de 1990 à 2004 par le Registre national des hémopathies malignes de l'enfant, et de 2000 à 2004 par le Registre national des tumeurs solides de l'enfant sur le territoire français métropolitain. Selon les situations, une approche cas-témoins ou une approche écologique sont utilisées.
    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :