• Le Perche impassible devant la destruction de son patrimoine naturel

    À l’heure ou dans Le Perche notre environnement subit chaque jour et maintenant depuis au moins un an, les assauts des pelleteuses qui arrachent haies, bois, trognes, comblent les zones humides et drainent les champs, nos élus restent impassibles devant le massacre alors qu’il n’a jamais été si intense !

    Pire, Le Perche (au sens large du terme) tourne le dos au Schéma Régional de Cohérence Écologique (SRCE)

    Le premier Grenelle a instauré dans le droit français, la création de la trame verte et bleue, comme outil d’aménagement du territoire destiné à enrayer la perte de biodiversité. La constitution de cette trame implique l’État, les collectivités territoriales et toutes les parties concernées quelle que soit l’échelle d’intervention.

    La Loi Grenelle 2 précise que la Trame Verte et Bleue est un outil d’aménagement durable du territoire, complémentaire des démarches existantes de préservation des milieux naturels.

    Des objectifs :

    - freiner la dégradation et la disparition des milieux naturels, de plus en plus réduits et morcelés par l’activité humaine

    - relier entre eux les milieux naturels pour former un réseau écologique cohérent, à l’échelle du territoire national

    Le Schéma Régional de Cohérence Écologique (SRCE) défini par l’article L 371-3 du code de l’environnement doit identifier les composantes de la trame verte et bleue régionale (réservoirs de biodiversité, corridors écologiques, obstacles au fonctionnement écologique du territoire), ainsi que les enjeux régionaux relatifs à la préservation et à la remise en bon état des continuités écologiques régionales.

    L’intégration des dispositions du Grenelle 2 induit que tous les Schéma de Cohérence Territoriale (SCOT) et Plan local d’Urbanisme (PLU) de Basse-Normandie, devront prendre en compte les éléments du SRCE au plus tard le 1er janvier 2016.

    Au niveau intercommunal et communal, les collectivités territoriales et l’État prennent en compte les SRCE dans leurs documents de planification, notamment en matière d’aménagement et d’urbanisme, et dans leurs projets.

    Les Parcs Naturels Régionaux, les Conseils Généraux et les Communautés de Communes ont été obligatoirement consultés pour donner leur avis.

    • Dans l’Orne, le Conseil Général présidé par Alain Lambert a donné un avis défavorable.
    • Dans le Perche :

    Avis favorable du Parc Naturel Régional du Perche présidé par Jean-Pierre Gérondeau.

    • Communautés de communes du Perche :
      CDC du Bassin de Mortagne au Perche = Avis défavorable
      CDC du Haut Perche = Avis défavorable
      CDC du Perche Sud = Avis défavorable
      CDC du Pays Bellêmois = Observations sans avis
      CDC du Pays de Longny au Perche = N’a pas répondu
      CDC du Perche Remalardais = N’a pas répondu
      CDC du Val d’Huisne = N’a pas répondu

     

    Sources :

    http://www.trameverteetbleuebassenormandie.fr/IMG/pdf/20121204_SRCE_resume-non-technique_web.pdf

    http://www.trameverteetbleuebassenormandie.fr/le-dossier-d-enquete-publique-a59.html

     

    « Elevage intensif, quelle vision à long terme ?Osons un parallèle entre l’amiante et le roundup qui est un herbicide »

    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    1
    PICARD
    Mardi 7 Janvier 2014 à 19:06

    Félicitations pour cet article. Mais quel est donc le sens et les motivations du PNRP pour son vote favorable? Quelle cohérence avec son récent recrutement d'un technicien sur les HAIES du PERCHE annoncé trés médiatiquement...et bien sùr sans inviter PAE qui est la seule association à être intervenue pour la protection des Haies ?

    2
    vergne
    Mercredi 8 Janvier 2014 à 09:29

    Et le massacre en forêt de Belleme par les sociétés exploitant le bois ! un 


    vrai scandale !

    3
    CG
    Mercredi 8 Janvier 2014 à 10:49

    Le territoire bellêmois notamment se beauceronne, à l'image de la commune de Saint Fulgent des Ormes, qui arrache à tout vent,  à croire que la consultation publique du PLUI a fait accélérer le mouvement, les céréaliers jouent de leur mécanique, bien représenté par la FNSEA et les FDSEA locaux. Conséquence inéluctable d'une politique d'agrandissement favorisé par une politique d'exportation, de céréales entre autres,  appuyé encore une fois par le Ministre de l'agriculture. Une politique qui conduira à la famine, en raison de l'épuisement des terrains et des pertubations climatiques. Du grand vent, de la boue sur les routes, des lessivages, de la terre arable qui fout le camp, des pesticides épandus aux portes des maisons d'habitation  ...

    4
    roustan
    Mercredi 8 Janvier 2014 à 17:05

    félicitations pour cet article. avez vous entendu parler de l'AQUA TAXE votée par l'Assemblée Nationale : si j'ai bien compris, l'ONEMA, et d'autres organismes se substiteront aux propriétaires des bordures de rivières pour entretenir les rives et ceux ci bien que restant propriétaires devront verser une taxe de 0,50 ct d'€ par mètre linéaire de rive pour dédommager les dits organismes.

    je pense que c'est une atteinte aux droits de propriété, et quel genre d'entretien va être fait?

    qu'en pensez vous

     

     

    5
    claude en Perche
    Vendredi 10 Janvier 2014 à 23:38

    merci pour votre article !!!

     

    et merci au commentaire sur le massacre des forets domaniales du Perche ...

     

     

    6
    Hancock-Morin
    Lundi 20 Janvier 2014 à 12:36

    Oui, bon article. J'aimerai savoir ce que PAE pense de la destruction de paysage à laquelle nous assistons sur les communes de Bellou le Trichard, Pouvrai, Saint Germain de la Coudre. Un agriculteur poss-dant 450 ha de terre en partie sur ces communes, vient de passer une centaine d'hectares de prairie en désherbant dans l'objectif de les passer en culture, dans l'objectif de produire de plus en plus de fourage (herbe, maïs) pour alimenter sa future usine de méthanisation présentée comme étant écologique. Le FNE met en "garde concernant l'utilisation de ressources agricoles à des fins énergétiques. La méthanisation ne doit pas avoir recours à des cultures dédiés, ce qui engendrerait un changement d'affectation des sols"et de rappeller que "le plan ne serait pas une réponse au problème des nitrates dû a une trop grande concentration d'élevage et une importation massive de soja, aliment riche en azote".

    7
    claudenperche
    Mercredi 29 Janvier 2014 à 11:01

    Mon commentaire s'adresse à Vergne , pour lui proposer de nous mettre en contact,

    et  aux personnes sensibles à la surexploitation des forets domaniales du Perche 

    Il y a tellement peu de personnes qui s'expriment librement sur cette question . 

    Je viens de laisser une adresse mail sur le blog de PAE dans la rubrique commentaires

    Il me semble urgent d'échanger sur ce que nous constatons et peut-être nous regrouper pour créer une association de sauvegarde de ce qu'il reste de nos forets ,

    (comme il en existe dans des départements limitrophes et partout en France ,

    sauf dans notre région qui se targuait pourtant à juste titre d'un patrimoine forestier exceptionnel qui était un atout paysager et écologique irremplaçable...

    (sauf peut-être dans quelques siècles ...) Le bois est-il une énergie renouvelable comme le soleil et le vent , comme on nous le chante ? Quid de l'écosystème démantelé ?

    8
    RH
    Vendredi 31 Janvier 2014 à 13:25

    Bravo pour l'article dans le Perche de cette semaine sur la destruction des prairies à coups de roundup. Bien d'autres communes sont concernées. Je bondis sur la route entre Mortagne et Bellême ou sur la commune de Ste Ceronne à la vue de ces hectares d'herbages dévastés et ces paysages grillés par les pesticides. Je ne crois pas en avoir vu autant les années précédentes.

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :