• Pollution de l'Erre, l’enquête suit son cours

    Touché de plein fouet par la pollution de l’Erre survenue mercredi 13 mai dernier, Gilles Gasnot pisciculteur au Moulin de Bouté a aujourd’hui retrouvé un niveau de production au trois quart de la normale.

    Dans cet aboutissement favorable, Gilles Gasnot y voit de nombreux soutiens. Notamment « les pompiers qui en plusieurs équipes, ont fait du bon boulot ». Réputé pour la qualité de son travail et de ses poissons, la confiance s’est affirmée. « Merci aux collègues pisciculteurs qui m’ont accordé des délais de paiement ». Content d’avoir pu conserver son salarié Nicolas et malgré le manque à gagner, « je regrette de n’avoir pas pu livrer mes poissons le jour de la catastrophe » se souvient le pisciculteur. « Mais les clients continuent à nous faire confiance. Les parcours de pêche m’ont fait tourner tout l’été. C’est sympa de voir qu’on nous demande des nouvelles, on nous laisse pas tomber ».

    Parmi les marques de soutien, le conseiller général Gilles de Courson « très admiratif de la volonté de Gilles Gasnot de s’en sortir et de la force qu’il démontre pour remonter la pente. Il a mon total soutien dans l’épreuve qui l’affecte et je cherche toutes les manières possibles pour lui apporter une aide ». Président de la Gaule Theilloise, Maurice Caudron a déjà passé commande pour l’année prochaine. « On ne le lâchera pas d’autant plus qu’on est toujours satisfait de sa prestation de qualité ».

    Si les effets de cette pollution due au déversement d’un pesticide de type lindane ont été ressentis sur plusieurs kilomètres jusqu'à la confluence de la rivière l'Erre avec la rivière l'Huisne comme l’a signalé à l’époque le Préfet Michel Lafon à l’association Perche Avenir Environnement (PAE), l’enquête « suit son cours et on a bon espoir et confiance dans les autorités » souligne Gilles Gasnot.
    De son sôté, PAE maitient sa vigilance sur les suites qui seront données à ce dossier.

    Concernant la qualité des poissons, « les analyses faites une quinzaine de jours après la pollution sur ordre du ministère de l’agriculture sur les chairs de poissons, révèlent que les prélèvements sont 5 fois en dessous de la norme admissible » précise Gilles Gasnot.







    « SDAGE Loire-Bretagne, pourquoi les associations votent contreANC - Réunion publique vendredi 20 novembre »

  • Commentaires

    1
    Hurrieh
    Lundi 31 Décembre 2012 à 16:29
    Gilles de Courson « très admiratif de la volonté de Gilles Gasnot de s’en sortir et de la force qu’il démontre pour remonter la pente. Il a mon total soutien dans l’épreuve qui l’affecte et je cherche toutes les manières possibles pour lui apporter une aide »

    A part des paroles verbales, qu'a fait le conseiller général pour soutenir le pisculteur?
    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :