• Dur, dur d’être agriculteur : soirée débat à Nocé mardi 10 novembre

     

    La lutte pour la sauvegarde de l’environnement, en particulier dans le Perche, en passera obligatoirement par eux : les agriculteurs. Souvent montrés du doigt, ils se justifient de leurs pratiques en invoquant les contraintes, de plus en plus lourdes, d’un métier de plus en plus difficile. Qu’en est-il exactement ? Pour en savoir plus et se faire une idée plus précise et juste de ce métier, rendez-vous mardi 10 novembre à 20h30, à la salle des fêtes de Nocé, pour une soirée débat avec Alexandra Céalis, chercheuse en sciences humaines et sociales qui, pendant une année, entre août 2014 et août 2015, est allée à la rencontre des agriculteurs du canton de Nocé. Son enquête a porté sur leurs difficultés, et elle nous convie à échanger sur ce sujet qui nous concerne tous lors d’une soirée débat. Elle débutera par la restitution des résultats de l'enquête et sera suivie par une discussion libre au cours de laquelle chacun pourra s'exprimer et faire part de sa vision de la situation et de l'avenir. Un pot convivial clôturera la soirée. Venez nombreux !

     

    Mardi 10 novembre 2015, à 20H30

    Salle des fêtes de Nocé

    « Dimanche 4 octobre : les délicieuses Saveurs d'Automne de PAEHaies de Colonard Corubert : récit d’une bataille… et d’une victoire ! »

  • Commentaires

    1
    Mardi 3 Novembre 2015 à 19:25

    Excellente initiative. Il est certain aussi que les agriculteurs sont pris dans une nasse dont il n'est pas impossible de s'échapper. Certains le font en abandonnant ou en s'éloignant des méthodes productivistes qui font la part belle aux profits de quelques uns qui condamnent les autres soit à cesser leur activité soit à s'enfoncer encore plus dans l'endettement et l'intoxication de la terre et des animaux de fermes. La FNSEA et la FDSEA de l'Orne sont les fers de lance de cette mauvaise politique. La confédération paysanne aurait davantage ma sympatie.

    N'y aurait-il pas une alternative transitoire, sur la base d'un mémorendum accepté par tous. Consommer moins de viande par exemple mais consommer mieux c'est-à-dire de la meilleur qualité. Tordre le cou aux grandes surfaces, supprimer les intermédiaires inutiles dont le seul effort est de distribuer de la main gauche ce qu'ils prennent de la main droite avec au passage un substantiel bénéfice. Les paysans seraient-ils atteint du syndrôme de Stockholm en se réfigiant si nombreux sous le drapeau de la FNSEA, coupable à mes yeux d'entrainer vers l'abîme toute une profession. L'Europe, Bruxelles, la PAC, la Commission, Le Foll et Beulin ne défendent pas une saine agriculture en France et en Europe.

    Mardi soir nous aurons peut-être la chance d'avoir un éclairage sur toutes ces questions. Il s'agit de notre avenir et d ecelui de notre planète. COP 21 ou pas COP 21, il faudra bien agir et vite.

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :