• Un printemps sans oiseaux…

    Les oiseaux des campagnes sont en train de disparaitre à vitesse grand V ! Selon deux études menées sur plusieurs années par les chercheurs du Muséum national d’Histoire naturelle et ceux du CNRS, les populations d’oiseaux des champs se sont réduites d’un tiers en 15 ans ! Certaines espèces, comme les perdrix, ont été littéralement décimées. Et la tendance, hélas, n’est pas prête de s’infléchir. Le printemps 2018 risque d’être sans oiseaux dans certaines régions céréalières …

     

    En 1962, la biologiste américaine Rachel Carson publiait un livre devenu un grand classique de la littérature écologiste, intitulé Printemps silencieux (Silent spring), dans lequel elle tirait la sonnette d’alarme à propos de l’insecticide le plus utilisé à l’époque, le DDT de sinistre mémoire : si rien n’était fait, il allait exterminer tout les oiseaux, éteignant à jamais leurs chants qui enchantaient le printemps.

    Cela fait 45 ans que le DDT est interdit en France, et malheureusement, cette terrible prophétie est plus que jamais d’actualité. Deux études au long cours, menées sur plusieurs années à une échelle locale par le CNRS (Centre national de recherche scientifique) et nationale par le Museum national d’Histoire naturelle ont mis en évidence une nette diminution des populations d'oiseaux vivant en milieu agricole depuis les années 1990. L’étude menée par le Museum montre un net déclin de  l’alouette des champs, la fauvette grisette ou le bruant ortolan par exemple, qui ont perdu en moyenne un individu sur trois en quinze ans. Un déclin qui s’est encore intensifié en 2016 et 2017.

    L’étude du CNRS, menée sur la Zone atelier « Plaine & Val de Sèvre », est encore plus alarmante. Depuis 1995, les chercheurs ont suivi dans les Deux-Sèvres 160 zones de 10 hectares d’une plaine céréalière typique des territoires agricoles français. En 23 ans, toutes les espèces d'oiseaux de plaine ont vu leurs populations fondre : l’alouette perd plus d'un individu sur trois (-35%) et, avec huit individus disparus sur dix, les perdrix sont presque décimées. Cette chute frappe toutes les espèces d’oiseaux en milieu agricole, aussi bien les espèces dites spécialistes - fréquentant prioritairement ce milieu -, que les espèces dites généralistes - retrouvées dans tous les types d’habitats, agricoles ou non. Or, il se trouve que les espèces généralistes ne déclinent pas à l’échelle nationale ; la diminution constatée est donc propre au milieu agricole.

    Les responsables de cette hécatombe ont été clairement identifiés : la fin des jachères imposées par la politique agricole commune, la flambée des cours du blé, la reprise du sur-amendement au nitrate permettant d'avoir du blé sur-protéiné et, bien évidemment, la généralisation des néonicotinoïdes, insecticides neurotoxiques très persistants. Le DDT de notre siècle ! A cause des néonicotinoïdes, la population d’insectes, source première de nourriture pour les oiseaux s’est en effet littéralement effondrée dans la campagne : une étude menée sur 27 ans en Allemagne, rendue publique en 2017, a conclu que la population des insectes volants avait chuté de 75% en moins de trente ans !

    Le printemps 2018 risque d’être bien silencieux au-dessus des champs de céréales… Ce n’est pas seulement une catastrophe écologique qui se profile à l’horizon, un horizon très, très proche, c’est bien pire que ça : un monde ou les oiseaux ne chantent plus. Peut-on seulement l’imaginer ?

    Un printemps sans oiseaux…

    L'alouette des champs, bientôt portée disparue. Qui osera encore chanter :

    "Alouette, gentille alouette / alouette, je te plumerais"

    « Jeudi 22 mars : un film pour parler avec les plantes !Jeudi 22 mars : un film et le combat d’un homme contre les pesticides »

  • Commentaires

    1
    Vendredi 23 Mars à 11:28

    A Mauves-sur-Huisne dans l'Orne les ravages provoqués par les pollutions agricoles et l'arrachage des haies qui se poursuivent encore de nos jours, modifient profondément la faune. Là aussi les alouettes ne chanteront plus comme avant elles des centaines d'espèces, grenouilles des prés, rainette et autres, crapauds, hérissons, dans les rivières adieux les truites, les écrevisses, le cresson etc. L'Huisne est martyrisée, notre campagne abîmée de toute part. L'eau de pluie ne s'évacue plus normalement provoquant des montées d'eau dans les rivières et les rus qui inondent les exploitations les champs. Cet hiver on aurait pu faire du patin à glace dans certains champs précédemment inondés. Lisez le Perche de cette semaine. D'un côté l'autorisation préfectorale d'un élevage de porcs qui passe de 900 à 3000 et de l'autre ceux qui votent à l'Assemblée ces autorisations tiennent tribune pour la préservation des haies. Hypocrites et menteurs savent se retrouver dans cette orgie de débauche dévastatrice pour l'humanité. Il faut autre chose, ici, en France et en Europe. Ceux qui détiennent les rennes du pouvoir s'empiffrent, enrichissent les riches au détriment de la majorité des gens qui finit par ne plus rien comprendre. Les générations présentes ont une responsabilité écrasante pour celles de  demain, mais j'ai l'impression que la jeune génération d'aujourd'hui s'est laissée piéger dans le discours ultra libéral ambiant. Le vrai danger est là, chez nous, en Allemagne, comme il l'est avec Trump aux States.

    zzzDormez brave gens, d'autres sont bien éveillé qui vous réservent des surprises à votre réveil.

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :