• Le jeudi 4 avril à 20 h 30, rendez-vous au cinéma Saint Louis à Theil sur Huisne pour la projection du film « Nos vaches et nous » organisée par l’association Perche Avenir Environnement. L’événement, qui s’inscrit dans le cadre de la semaine aux alternatives aux pesticides, sera suivi d’une conférence-débat avec monsieur Michel Ragot, administrateur de Biolait, l’organisation qui a produit le film.

     

    L’élevage fait aujourd’hui l’objet de nombreuses critiques liées à l’impact environnemental : accusé de contribuer à l’effet de serre et donc au réchauffement climatique à cause du méthane produit en grande quantité par les herbivores, il consomme aussi trop de ressources en eau et, de façon indirecte, constitue un péril pour la biodiversité en « annexant » de grandes surfaces de terre. Pourtant, que deviendrait nos paysages sans les vaches ? Les prairies et les haies, viviers de la biodiversité, risqueraient de disparaître avec nos braves ruminants, laissant la place à des monocultures écologiquement ruineuses. Les herbivores interagissent aussi avec les sols et contribuent au stockage de carbone et à la fertilité des sols. Peut-on réconcilier vaches et environnement ? Tel est le sujet du film en deux épisodes qui sera projeté jeudi 4 avril. Le premier, « Se comprendre pour s’élever », est un plaidoyer en faveur d’une relation homme/animal basée sur le respect, la bienveillance et la confiance. Le second épisode, « Et si l’élevage bio pouvait sauver la planète », expose les avantages d’un élevage écologiquement responsable. Le film s’appuie sur le vécu et le témoignage d’éleveuses et d’éleveurs affiliés à Biolait, une organisation économique et solidaire initiée en 1994 par 6 producteurs de lait bio du Morbihan et de Loire Atlantique, qui compte aujourd’hui 1200 fermes adhérentes partout en France et dont l’objectif est : «Bio partout et pour tous ! ». La projection sera suivie d’un débat avec monsieur Michel Ragot, administrateur de Biolait.

     

    Venez nombreux !

     


    votre commentaire
  • L’ouverture, le 7 janvier dernier, d’une enquête publique à propos de la demande d’autorisation environnementale de la ferme éolienne de Saint-Cosme-en-Vairais, dans le département de la Sarthe, a suscité un certain nombre de réactions auprès des voisins ornais du site. Devant ces réactions, où l’inquiétude domine, notamment à cause de l’éventuel impact négatif que les quatre éoliennes prévues auront sur le paysage et le tourisme local, Perche Avenir Environnement fait part de sa position.

     

     

     

     

    Tout d’abord, nous déplorons l’absence de l’avis de l’Autorité Environnementale. En effet, l’Autorité Environnementale apporte dans ce type de dossier un avis indépendant, critique et synthétique. Cet avis, quand il existe, aide à la compréhension du dossier. Sans remettre en cause la qualité de celui-ci, force est de constater qu’il est très complexe, volumineux, et bien difficile à étudier même pour des associations comme la nôtre. L’intervention de l’Autorité Environnementale aurait ainsi permis au public de donner un avis plus éclairé. De même, nous émettons une réserve en ce qui  concerne son implantation, en zone humide, et ses implications par rapport à la loi sur l’eau.

     

    Pour ce qui est de l’impact sur le paysage, nous sommes bien conscients que sur notre territoire du Perche l’éolien est un sujet sensible, du fait de la richesse de son patrimoine, de la dispersion de son implantation, et aussi de la beauté des paysages. Nous devons en tenir compte. Cependant, l’éolien fait parti des énergies  renouvelables reconnues, et nous ne pouvons  écarter ses potentiels. La transition énergétique est un enjeu environnemental majeur où, hélas, la France a pris un retard considérable. Si le Pays du Perche Ornais a pour objectif de couvrir d’ici à 2040 (Le Perche du 7 mars 2018), l’intégralité de notre consommation d’énergie par la production d’énergies renouvelables  (le Pays du Perche est un des lauréats d’un appel à projets de la région Normandie et de l’ADEME), il nous faut continuer à informer, mobiliser, faire bouger les consciences. Il en va de l’acceptabilité globale de l’éolien à l’heure où la PPE (programmations pluriannuelles de l’énergie) s’engage au doublement de leur nombre  d’ici 2030…

     

    Selon Christian Garnier, vice-président de FNE (Fédération Nationale de l’Environnement) : « Les engagements politiques pris en faveur de l’éolien doivent être tenus. Pour autant, FNE reste naturellement attentive aux éventuels impacts environnementaux des éoliennes (paysage, biodiversité, nuisances) et c’est pour cette raison que, dès l’origine du développement de cette filière en France, la fédération s’est fortement engagée pour un développement planifié et concerté refusant les implantations anarchiques.».

     

    En conséquence, notre association est plutôt favorable à l’éolien, sous certaines réserves. Il faut que le maître d’ouvrage soit attentif à respecter les conditions d’un projet acceptable et soutenable avec des mesures E.R.C. (Evaluer, Réduire, Compenser), avec des adaptations paysagères et notamment la plantation de haies. Nous pensons aussi qu’il serait tout à fait bénéfique que les populations locales soient associées aux réflexions. Des parcs éoliens portés par des citoyens, des associations où les populations participent même à leurs  financements, comme cela s’est fait à Beganne dans le Morbihan.

     

    Nous ne devons pas rester sur des oppositions systématiques, mais au contraire mener des réflexions avec des partenaires qualifiés, et être en capacité de faire des propositions de projets en prenant en compte les acteurs locaux et bien sûr les différentes contraintes. Ceux qui, sous couvert de la défense de l’environnement, s’opposent systématiquement au développement de l’éolien, devraient aussi s’intéresser aux impacts environnementaux graves des autres filières, à commencer par le nucléaire, dont ils sont parfois des partisans inconditionnels. Même la Tour Eiffel, monument emblématique de la France, était au départ fort peu appréciée des Parisiens… Pour autant, il ne s’agit pas de transformer le Perche en champ d’éoliennes ! Le paysage est certes un critère important, mais un critère relatif, et il ne saurait être le seul. Il n’est pas immuable, en ce sens qu’il est le résultat d’actions humaines ; à tout choisir vaut-il mieux un paysage évolutif avec des éoliennes ou un paysage fixe avec une centrale nucléaire…Et ses effets induits ? 


    1 commentaire
  • Enfin, enfin, la vidéo tant attendue pour toutes celles et ceux qui préfèrent le blog à Facebook : la formidable conférence donnée par Hubert Reeves à Mortagne, à l'invitation de PAE. 


    votre commentaire
  •  

    L’année 2018 est loin d’être terminée mais la pause estivale est l’occasion de dresser le bilan de ses six premiers mois : de l’action, toujours de l’action ! Enquêtes publiques, organisation d’un ciné/débat, commissions divers, fête des plantes, PAE  a été sur plusieurs fronts. La pause est méritée, mais elle n’aura pas lieu : un grand événement se profile à l’horizon, une conférence débat avec rien moins que l’astrophysicien humaniste, grand défenseur de l’environnement, Hubert Reeves ! Avis à tous : si vous avez envie que PAE garde ce rythme, alors retroussez vos manches et donnez-nous un coup de main !

     

    PAE 2018 : de l’action et une rentrée en fanfare avec Hubert Reeves !

     

    Enquêtes et consultations publiques : un travail nécessaire !

     

    Comme toujours, enquêtes et consultations publiques ont constitué le gros des dossiers dans lesquels PAE s’est immergé, et pour lesquels bien sûr notre association a rendu son avis. En cette première moitié de l’an 2018, l’association a planché sur trois enquêtes publiques concernant le PLU de Saint Hilaire sur Erre (mars 2018), le SCOT du Pays du Perche Ornais (mai 2018) et une portion de chemin rural au lieu dit La Vieille Rosière, à Saint-Cyr-la-Rosière.

    Le PLU, soit le Plan Local d’Urbanisme de Saint Hilaire sur Erre a reçu un avis favorable de PAE, notre association ayant particulièrement apprécié de constater que ce PLU allait vraiment dans le sens de la préservation de l’environnement, en prenant des disposition claires et précises destinées à protéger et sauvegarder les ressources et la qualité de l’eau, les haies, etc.

    Notre réaction par rapport au SCOT - le Schéma de Cohérence Territoriale - a été plus mitigée. Ainsi que nous l’avons mentionné dans notre note finale, le SCOT est « un document de planification à l’échelle d’un bassin de vie. Il vise à mettre en cohérence l’ensemble des politiques sectorielles notamment en matière d’urbanisme, d’habitat, de déplacements et d’équipements commerciaux, dans un environnement préservé et valorisé (préservation des ressources naturelles, réduction des émissions de gaz à effet de serre, maîtrise de l’énergie et développement des sources renouvelables, préservation) et de remise en bon état des continuités écologiques ». C’est un document opposable, qui sert notamment de trame aux PLU, et donc, selon nous, il doit afficher des positions clairs et non donner de simples recommandations, de type « il serait intéressant de ». Le SCOT est plein de bonnes intentions mais, à notre sens, pas assez directif.

    Enfin, PAE a donné un avis favorable au projet de désaffectation et d’aliénation d’une portion de chemin rural au lieu dit La Vieille Rosière, à Saint-Cyr- la-Rosière. Cette portion de chemin n’est plus entretenue depuis longtemps et, coupée du chemin rural de Bellême, ne reçoit plus non plus de promeneur. Le chemin n’est donc plus affecté à l’usage public et, compte tenu de la nature du projet de la personne souhaitant l’acheter, qui va dans le sens de la préservation de l’environnement, nous avons émis un avis favorable.

    Les avis de PAE concernant ces trois enquêtes sont disponibles en ligne, rendez-vous à la fin de l’article dans la partie Annexes.

     

    Commissions et actions grand public : mention pas mal du tout !

     

    PAE continue de participer aux commissions Environnement et Aménagement durable du Parc, ainsi qu’à la commission de suivi d’ATEMAX, anciennement Caillot à Mortagne au Perche. Nous avons aussi, pour la première fois, participé  à la Fête des plantes et du Savoir qui se tenait le dimanche 22 avril à Longny au Perche, et qui était organisée par l’association Jardin des simples. L’occasion de beaux échanges avec le public et les associations qui étaient sur place, et qui nous a valu de nouveaux adhérents !

    Mais l’événement le plus marquant de 2018 a été sans conteste la soirée ciné-débat au cinéma Saint Louis à Theil sur Huisne jeudi 22 mars, avec l’extraordinaire conférence de l’ex-agriculteur Gérard Boinon qui a suivi la projection du film Secrets des champs (voir l’article « Un film et le combat d’un homme contre les pesticides »« Un film et le combat d’un homme contre les pesticides »). Un grand moment de partage et d’émotion, au cours duquel Mr Boinon est revenu, sans fausse pudeur, sur le terrible parcours personnel qui lui a fait prendre conscience de la dangerosité et de l’inanité des pesticides. Une action comme nous les aimons, avec de l’humain et du partage, et que nous espérons pouvoir poursuivre.

    Une rentrée en fanfare avec Hubert Reeves

    Chers adhérents, sympathisants et amis de PAE, à vos agendas ! La rentrée va être chaude, avec un très bel événement organisé par notre association – avec le soutien précieux de la Mairie de Mortagne : le 14 septembre, à 20h 30 au Carré du Perche, une conférence/débat avec… Hubert Reeves ! Doit-on encore le présenter ? Hubert Reeves, l’astrophysicien qui a mis l’univers à notre portée grâce à ses formidables ouvrages de vulgarisation, l’humaniste qui questionne avec poésie le sens du monde, est aussi un écologiste de la première heure, un militant de la protection de l’environnement qui a cofondé l’association Humanité et Biodiversité – partenaire de PAE pour cet événement –, et qui est président d’honneur de l’Agence française pour la biodiversité. Les insectes disparaissent, nombre d’espèces d’oiseaux sont en cours d’extinction, l’état de la biodiversité est de plus en plus préoccupant, y compris dans une région qui semble préservée comme le Perche. La conférence de Hubert Reeves portera sur ce thème : « L’avenir de la vie sur Terre », et gageons que le célèbre conteur des étoiles saura nous remuer et nous toucher au plus profond ! L’entrée est libre et gratuite dans la limite des places disponibles.

    PAE 2018 : de l’action et une rentrée en fanfare avec Hubert Reeves !

    Cette année, il n’y aura pas de repos pour les braves à PAE ! L’association est sur tous les fronts, et nous avons besoin de toutes les bonnes volontés pour continuer à mener à bien nos actions, tant en direction du grand public comme nos conférences/débats et nos participations aux événements locaux, que celles, qui consiste à répondre et de donner notre avis aux enquêtes et consultations publiques. Un travail de fourmi, long et parfois ardu, mais combien nécessaire, essentiel même, pour éviter le pire à notre beau Perche. Rejoignez-nous, participez, toutes les compétences sont les bienvenues ! 

     

    Annexes

    Avis PAE PLU de Saint Hilaire sur Erre 

    Avis PAE SCOT du Pays du Perche Ornais 

    Note PAE chemin rural, lieu dit La Vieille Rosière, à Saint-Cyr-la-Rosière.

     


    votre commentaire



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires